Sœurs de St. Joseph de Lyon

Winslow, Maine

  • 1 avril 2018 20ème siècle

    Pendant le grand mouvement missionnaire du 20ème siècle, le Père Joseph Forest de Jackman, Maine, demanda aux Sœurs de St. Joseph de Lyon, France, de venir au diocèse de Portland.

    Avec l’approbation de l’Evêque, huit sœurs arrivèrent à Jackman pour prendre en charge l’école paroissiale et un pensionnat pour jeunes filles.

  • 3 janvier 2019 A leur arrivée en 1906,

    il y avait, à Jackman, environ 80 familles, la plupart d’origine canadienne. Tout le monde fut ravi de la présence des Sœurs qui allaient prendre en main l’éducation de leurs enfants.

  • 3 avril 2019 En 1909

    Un deuxième groupe de Sœurs arriva au Maine – cette fois à South Berwick

    A Jackman aussi bien qu’à South Berwick le ministère fructifiait.  A ces deux endroits, les Sœurs étaient responsables de l’école paroissiale ainsi que d’un pensionnat pour jeunes filles pour le secondaire ; elles étaient préparées au niveau académique, spirituel et social pour faire face aux défis de la vie. C’est dans ces institutions que les vocations à la vie religieuse ont fleuri.

  • 4 avril 2019 En 1913

    A South Berwick, un noviciat a été établi pour préparer les jeunes femmes à la vie religieuse.

  • 5 avril 2019 En 1926

    Les Sœurs arrivèrent à Lewiston, à la paroisse Sainte Famille, communauté franco-américaine, afin d’enseigner à l’école paroissiale et aider les enfants à garder leur langue maternelle.   Cet apostolat de l’éducation s’est répandu également à Chisholm, Auburn, Winslow comme aussi, en 1949, à Lewiston-Auburn, avec l’ouverture de la Maternelle Saint-Joseph. Dans le diocèse les Sœurs ont été reconnues principalement pour leur apostolat dans l’enseignement.

     

  • 6 avril 2019 En 1949

    Le noviciat a été transféré à Auburn

  • 7 avril 2019 En 1952

    C’est une réalisation remarquable : en 1952 à Jackman, ouverture d’un petit hôpital communautaire.

     

  • 8 avril 2019 En 1954

    A Dexter, il y a l’ouverture de la Confraternité du Centre de la Doctrine Chrétienne : enseignement religieux pour les jeunes.

  • 9 avril 2019 En 1958

    Le Maine est devenu une Province de la Congrégation.

     

     

  • 10 avril 2019 1964 – 1965

    Comme les vocations augmentaient, le noviciat a été construit à Winslow en 1964et en 1965 les novices y ont alors emménager.

  • 11 avril 2019 1966

    Plus tard, en  1966, ce sera l’ouverture du  Centre de Soins Mont Saint-Joseph, à Waterville.

  • 12 avril 2019 En 1971

    Le noviciat a été déplacé à Lewiston, rue Sabattus.

    Ce bâtiment est devenu la Maison Provinciale en 1969, et le centre de toutes les activités de la Province à cette époque.

     

  • 13 avril 2019 De 1972 à 1981

    Nous avons organisé des week-ends de rencontre pour la préparation au mariage et pour les couples déjà mariés.  Nous avions aussi une garderie pour les enfants d’âge préscolaire.

  • 14 avril 2019 En 1981-1982

    Il a été utilisé pour loger des mères célibataires et aussi le téléphone Birthline couvrant la nuit.

  • 15 avril 2019 De 1983 à 1987

    Il a été le lieu de résidence pour les jeunes de douzième année de l’école Mont Merici à Waterville.

     

  • 16 avril 2019 De 1991 à 1993

    Sara’s Place a été établie comme accueil pour les personnes en traitement pour quitter la drogue ou l’alcool.  Il s’agissait d’un projet en collaboration avec le Central Maine Medical Center.

     

  • 17 avril 2019 De 1994-2010

    La maison est devenu un centre œcuménique de prière et de développement spirituel, connu sous le nom de « Centre de vie chrétienne St Joseph ».  Des retraites, week-ends de prière, ateliers ont été offert, et bien d’autres activités de collaboration au fil des ans.  En 1999, le centre a changé de nom et est devenu le « Living Water Spiritual Center ».  Les programmes ont été conçu pour répondre aux besoins humains, spirituels et sociaux des personnes, reflétant ainsi une mission et un but plus inclusifs.

  • 18 avril 2019 En 2001

    Le Jardin d’Enfants Saint-Joseph a été transmis aux Organismes de Bienfaisance Catholiques, Maine.

     

    Les Sœurs du Maine ont maintenu leur lien avec la Maison Mère à Lyon, France, par la correspondance fréquente avec les Supérieures Majeures ainsi que par les visites canoniques régulières de la Supérieure Générale ou de l’une de ses Conseillères.

  • 19 avril 2019 En 2010

    La Province, devant la diminution de ses effectifs et la nécessité d’abandonner

    ses institutions, a pris la décision  de fermer le Centre de retraite et d’envisager la vente de la propriété de la Maison Provinciale.  Ce fut une décision difficile à prendre, car la mission et le ministère du Centre étaient à leur apogée.

  • 20 avril 2019 En 2015

    La Maison Provinciale à été vendu.

  • 10 mai 2019 À l’heure actuelle,

    Notre situation en âge et en nombre ayant changé, nous avons transmis nos anciennes institutions à des collaborateurs laïcs. Ainsi libérées d’institutions et de leur gestion nous nous sommes engagées différemment. Nous répondons aux besoins de nos voisins en nous joignant à eux pour soutenir les efforts qui apportent guérison et unité dans notre monde brisé et fracturé. Nous accueillons aussi les laïcs à notre « Centre Saint-Joseph » pour des réflexions hebdomadaires pour la lecture de l’Évangile du dimanche, des événements mensuels qui explorent certaines des questions qui nous appellent à vivre notre foi aujourd’hui et pour des conseils et un accompagnement spirituel. Certains de nos amis et collaborateurs participent à l’animation avec des sœurs.

           

              Le Centre a organisé une soirée sur la Spiritualité  Ignacienne avec le P. Paul Sullivan, SJ.

    Journée de partage pour les sœurs, associés et amis

    Les sœurs ont participé à un rassemblement interreligieux pour la paix et la non-violence

    Nous avons parrainé une conversation communautaire sur la traite des femmes et des filles dans le Maine.

    Notre mission ne s’arrête jamais, mais nous ramène toujours au « cher prochain », qu’il s’agisse de la mère célibataire dans l’appartement au bout du couloir, de la paroisse ou de notre collaboration avec la communauté élargie, ou encore de l’aide-soignante immigrante dont la journée est enrichie par notre sourire accueillant lorsqu’elle nous sert.

        

    Peu importe l’âge ou le nombre, nous savons que Dieu nous appelle encore à apporter notre petite contribution au rêve de Dieu pour l’unité dans notre monde.

     

Contactez-nous
close slider